DMLA et toxicité des LED due à la lumière bleue même dans un environnement domestique : il semble que ça se confirme !

Une publication récente de décembre 2016 « L’étude des lésions rétiniennes sur des rats albinos et pigmentés, induites par différentes sources lumineuses, révèle une phototoxicité par LED » semble confirmer cette hypothèse. Résumé : Pour économiser l’énergie, la directives européenne 2005/32 / CE fixant les exigences en matière d’écoconception applicables aux produits concommateurs d’énergie recommande le remplacement des lampes à incandescence par des dispositifs plus économiques tels que les diodes électroluminescentes (LED). Cependant, le spectre d’émission de ces dispositifs est enrichi en rayons bleus, connus pour être potentiellement dangereux pour la rétine. Des études récentes ont montré que l’exposition à la lumière contribue à l’apparition des

premiers stades de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Dans cette étude, les effets de différents protocoles d’exposition chez les rats albinos et les rats pigmentés ont été testés (Par rapport aux rats normalement pigmentés , les rats albinos ont une vision plus réduite  car ils ont moins de cellules sensibles à la lumière dans leurs yeux, une connexion anormale entre les yeux et le cerveau et un iris translucide, ce qui conduit à une dégénérescence rétinienne et un éblouissement. Les rats albinos mettent beaucoup plus de temps à s’adapter aux conditions de faible luminosité que les rats pigmentés. Les rats albinos sont malvoyants, voire aveugles source agorat.org). . On a comparé une exposition à une luminance élevée de 24h00 avec une exposition cyclique (alternant ombre et lumière) pendant une semaine et pendant un mois. Cette dernière exposition est classique dans un environnement domestique. Plusieurs type de lumière LED (blanc froid, bleu et vert), ainsi que des ampoules fluorocompactes et des tubes fluorescents ont été utilisés. Les données suggèrent que la composante bleue de la LED blanche peut causer la toxicité rétinienne dans le cadre d’un éclairage domestique et pas uniquement dans les conditions expérimentales extrêmes, comme indiqué précédemment dans d’autres études. Il est important de noter que la réglementation et les normes actuelles ont été établies en fonction de l’exposition à la lumière aiguë et ne tiennent pas compte des effets de l’exposition répétée.

Source :Light-induced retinal damage using different light sources, protocols and rat strains reveals LED phototoxicity. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27751961

Voir aussi DMLA et cataracte : un lien probable avec la lumière bleue émise par les éclairages LED, écrans plats, smartphones ou tablettes.

Publicités
Cet article, publié dans Pistes de réflexion, stratégie de soins et d'accompagnement, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.