La méditation : une pratique anti-âge ?

Tranquillement installée dans le canapé, je suis enfin arrivée au bout d’un livre « le corps quantique » de Deepak Chopra que je ne réussissais pas à lire depuis des années malgré maintes tentatives. Ce livre parle des fabuleux pouvoirs de guérison de l’esprit. Je ne résiste pas à partager le contenu de la page 280 où l’auteur développe l’idée que le vieillissement pourrait être contrôlé par la conscience. Il y évoque l’étude réalisée par le psychologue Charles Alexander dans les années 1980: ce dernier se rendit dans 3 maisons de retraite où il enseigna à une soixantaine de résidents âgés d’au moins 80 ans 3 techniques : la relaxation, la méditation transcendentale et des jeux de mots créatifs pour maintenir l’esprit alerte. On fit 3 groupes, chaque groupe n’apprit qu’une seule technique

qui fut pratiquée régulièrement. Quelque temps plus tard lorsque des tests de contrôle furent réalisés, il apparut que ceux qui pratiquaient la méditation avaient obtenus les meilleurs scores quant à la faculté d’apprentissage, la tension artérielle et la santé mentale – des facultés qui devraient décliner avec l’âge. Mais le résultat le plus surprenant n’apparut que 3 ans plus tard, lorsqu’Alexander retourna dans ces maisons de retraite : un tiers des pensionnaires étaient décédés parmis lesquels 24% de ceux qui n’avaient pas appris la méditation; cependant, dans le groupe ayant appris la méditation le taux de mortalité était nul.

Les recherches du  Dr. Robert Keith Wallace, publiées dans International Journal of Neuroscience, 1982, portaient également sur l’impact de la méditation sur le vieillissement. Il a constaté que les personnes qui pratiquaient la méditation transcendentale depuis plus de 5 ans avaient un âge biologique en moyenne de 12 ans inférieur à leur âge chronologique ! Cette différence pouvait même aller dans certains cas jusqu’à 27 ans!

Plus récemment un article paru dans le Guardian en mars 2016 Could meditation really help slow the ageing process? rapporte le résultat de plusieurs études qui vont dans le même sens : les télomères, ces petites structures au sein de nos cellules, qui se raccourcissent au fur et à mesure de notre vieillissement, sont plus longues chez les méditants. Ce même article relate d’une étude espagnole Zen meditation, Length of Telomeres, and the Role of Experiential Avoidance and Compassion qui a constaté que l’évitement expérientiel – une tendance naturelle à vouloir supprimer les souvenirs douloureux, les pensées, les émotions et les sensations afin d’obtenir un soulagement temporaire de l’inconfort psychologique (je ne peux m’empêcher de faire le rapprochement avec la maladie d’Alzheimer ?) – conduit apparemment à un raccourcissement plus rapide des télomères.

A méditer !

Si vous êtes comme moi et que vous vous dites ce n’est pas pour moi, allez voir le post Aider les aidants à tenir : une méthode simple pour enfin arriver à méditer !

Source « le corps quantique » Deepak Chopra collection « aventure secrète j’ai lu »

http://www.do-meditation.com/meditation-benefits.html#sthash.MoS25wOv.dpbs

Publicités
Cet article, publié dans Maison de retraite, Pistes de réflexion, stratégie de soins et d'accompagnement, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.