Alzheimer : bientôt un diagnostic précoce à partir de notre façon de communiquer !

Selon des chercheurs en neuropsychologie du Massachusetts General Hospital, la façon de parler et notamment le caractère loquace et l’appauvrissement du vocabulaire pourraient être un signe précurseur de la maladie d’Alzheimer. Le Docteur Janet Cohen Sherman a présenté ses travaux sur le sujet lors de la réunion annuelle de l’association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS) à Boston. Elle cite en exemple Iris Murdoch, et Ronald Reagan dont l’appauvrissement du vocabulaire s’est manifesté des années avant le diagnostic. Objectif : Développer dans les 5 prochaines années un test linguistique permettant de détecter plus d’une décennie avant les personnes à risques.
Source en français : médisite
Source en anglais : The Guardian
Commentaire : Très bien un diagnostic précoce, mais quand officiellement il n’y a rien pour soigner que fait-on ? De la prévention !
Publicités
Cet article, publié dans Pistes de réflexion/articles de presse, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.