La lumière stroboscopique : une lueur d’espoir dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer

L’étude chez la souris a révélé que l’exposition à la lumière stroboscopique d’une fréquence de 40 Hz stimulait les ondes cérébrales, appelées oscillations gamma, connues pour être perturbées chez les patients atteints d’Alzheimer. Le renforcement de cette activité du cerveau synchrone a semblé agir comme un signal pour les cellules immunitaires du cerveau, les incitant à éliminer les protéines amyloïdes collantes qui sont les marques les plus visibles de la maladie dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Après une heure de stimulation, les chercheurs ont constaté une réduction d’environ 50% des niveaux de protéines amyloïdes bêta dans l’hippocampe, centre de mémoire du cerveau. Une inspection plus poussée a montré que l’amyloïde avait été absorbée par la microglie (cellule immunitaire du cerveau). Dans un cerveau sain, les microglies agissent comme des collecteurs de déchets chimiques, surveillant l’environnement local, nettoyant les composés indésirables, mais dans la maladie d’Alzheimer ces cellules peuvent perdre cette fonction et passer à un état inflammatoire dans lequel elles sécrètent des composés toxiques à la place. Le renforcement des oscillations gamma semblait remettre la microglie en état productif.

À 40Hz le scintillement de la lumière est à peine discernable et non agressif. Si la réduction des niveaux des protéines toxiques mis en évidence chez la souris sont reproductible sur les humains, ces résultats apportent une lueur d’espoir pour de futurs traitements non invasifs de la maladie.

Source : http://www.futura-sciences.com/sante/actualites/medecine-traitement-alzheimer-lueur-espoir-venue-stroboscope-65522/

et article du Guardian: Strobe lighting provides a flicker of hope in the fight against Alzheimer’s | Science | The Guardian

Ce serait génial d’autant plus qu’il existe déjà la technologie des lunettes à lumière pulsée  baptisée PSIO voir post : Lumino et relaxothérapie : les lunettes “PSIO” pour se relaxer, récupérer, lutter contre la dépression et bien d’autres choses encore.

Quelques questions quand même : la lumière stroboscopique est déconseillée aux personnes épilpetiques, or les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont sujettes à faire des crises d’épilpesie comme me l’avait dit le médecin lorsque ma maman avait fait sa crise en 2013.  J’ai donc fait quelques recherches et ai trouvé que c’est la fréquence située entre 15 et 20 Hz (soit 15 à 20 flashes de lumière par seconde) la plus susceptible de provoquer une crise d’épilpesie, appelée épilepsie photosensible. Au dessus ou en dessous de cette fréquence, il n’y aurait pas de risques. source : http://www.epilepsymatters.com/french/faqphotosensitive.html

D’autres sources indiquent que  » En règle générale, il a été démontré que les fréquences comprises entre cinq et 30 éclairs par seconde peuvent déclencher le plus grand nombre de convulsions chez les personnes photosensibles. Par conséquent, réglez votre lumière stroboscopique à une fréquence inférieure à cinq ou supérieur à 30 éclairs par seconde«  http://www.billbloom.com/QPqqdrPm/

Quoiqu’il en soit la fréquence de 40 Hz citée dans cet article se situe au dessus donc serait sans risques. Reste à savoir quelle est la fréquence des lunettes PSIO, j’imagine qu’elles ne pulsent pas à 40HZ puisqu’elles sont déconseillées aux personnes photosensibles. Je ne peux pas m’empêcher de penser que si ce type de lunettes étaient développées à cette fréquence, cela permettrait d’ores et déja aux personnes atteintes d’Alzheimer d’en bénéficier le temps que cette hypothèse soit testée sur les humains, validée et enfin mise à disposition ce qui risque de prendre de nombreuses années.

Quand je lis que « Les progrès dans la classification des maladies neurologiques et psychiatriques permettent aujourd’hui de réaliser que les crises d’épilepsie sont fréquentes chez les autistes et les patients atteints de maladie d’Alzheimer, alors que ce fait était totalement ignoré il y a quelques années.source : http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/epilepsie et l’hypothèse de Natasha Campbell Mc Bride sur   les crises d’épilepsie comme instrument de nettoyage du cerveau (voir post L’épilepsie : une crise de nettoyage ? ), il me semble qu’il y a un lien, bien qu’il soit confus pour moi,  entre les désordres neurologiques, l’épilepsie qu’ils provoquent et la lumière pulsée à des fréquences précises pour refaire fonctionner les cellules du cerveau. 

 

Publicités
Cet article, publié dans Pistes de réflexion/articles de presse, stratégie de soins et d'accompagnement, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.