L’Encéphaloscan : un examen qui met en évidence l’oxygénation du cerveau.

L’encéphaloscan est un examen qui donne une image de l’irrigation artérielle des zones des deux hémisphères du cerveau grâce à un diagramme où apparaissent des barres verticales de différentes couleurs. Les barres en rouge et en orange indiquent les zones correctement irriguées;  celles en jaune ou en bleu indiquent les zones qui souffrent d’une microcirculation insuffisante.

Ces schémas sont issus du site www.ehs-mcs.org qui regroupe le résultat de plusieurs années de recherche et de prise en charge diagnostique et thérapeutique de plus de 700 malades atteints d’électrohypersensibilité, autrement dit d’hypersensibilité aux CEM (EHS), et/ou d’hypersensibilité aux produits chimiques ou « Multiple Chemical Sensitivity » (MCS) par le Pr. Dominique Belpomme et son équipe. La page mecanismes-physio-pathologiques développe l’hypothèse d’un lien entre électrosensibilité, hypersensibilité aux produits chimiques  et maladie d’Alzheimer.
Les schémas ci dessous montrent clairement une différence entre les personnes souffrant d’electrosmog (à droite) où on voit que le cerveau est insuffisamment vascularisé et les personnes « témoins » dont le cerveau est correctement vascularisé (à gauche).

Pour plus de détails sur cet examen voir le site du Pr. Dominique Belpomme et de son équipe.  : http://www.ehs-mcs.org/fr/criteres-diagnostiques-du-sicem_82.html.

C’est l’examen qui m’a été proposé pour ma mère quand j’ai consulté un médecin spécialisé dans les maladies neurodégénératives et pratiquant une autre approche. Comme je l’ai expliqué dans le post  ma mère présente-t-elle une intoxication à l’aluminium ? , le cabinet où se pratiquait cet examen était un peu loin du domicile, ma mère était déjà dans une phase avancée et le manque de résultats des compléments alimentaires m’ont fait y renoncer d’autant plus que j’avais investi dans le bol d’air Jacquier pour tenter d’améliorer l’oxygénation des cellules de son cerveau. Quelques années plus tard, il a fait partie de la batterie de test que j’ai effectués pour évaluer l’étendue  des dégâts de la maladie de Lyme où on a constaté que mon cerveau aussi manquait d’oxygénation expliquant mes difficultés de concentration ou mon brouillard mental.
Un cerveau qui manque d’oxygénation peut se normaliser si on apporte la correction adéquate.
D’où la question comment faire pour mieux oxygéner notre cerveau :
Là encore il faut supprimer la cause du manque d’oxgénation. Il ne sert à rien d’entreprendre des traitements coûteux sans mettre en place des protections contre les ondes s’il s’avère qu’on est électrosensible ou sans soigner une possible infection si le problème vient de là.
L’expérience avec le bol d’air Jacquier ne me permet pas de juger à quel point cela a été efficace, de plus nous n’avons ni exploré la piste infectieuse, ni la piste electrosensible.

 

Publicités
Cet article a été publié dans stratégie de soins et d'accompagnement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.