Maladie d’Alzheimer : une nouvelle hypothèse intégrant les spirochètes, les biofilms et le système immunitaire

À la lumière des études récentes montrant la présence de spirochètes dans le cerveau de patient atteints d’Alzheimer, de nouvelles recherches au Drexel University College of Medicine, Philadelphia, USA combinant pathologie et immunohistochimie ont été menées sur l’hippocampe de cerveaux de patients atteints de MA (post-mortem). Les résultats démontrent que les plaques, que l’on trouve typiquement dans ces cerveaux  révèlent la présence de biofilms.

Ces biofilms sont sans conteste le résultat de la présence de spirochètes (responsables de la maladie de Lyme). Il a également été constaté que ces biofilms sont colocalisés avec les plaques amyloïdes,  signature à la maladie.
Il a également été montré l’activation du récepteur Toll-like 2 dans ces mêmes zones. Les chercheurs postulent que cela est lié à la maladie parce que cette molécule immunitaire innée du système ne peut pas pénétrer dans le biofilm pour détruire les spirochètes qui y sont présents, et détruit le tissu environnant à la place lors de son activation. On compare cette destruction à celle qui est provoquée par l’activation du système immunitaire adaptatif, ce qui conduit à une destruction beaucoup plus grave, beaucoup plus rapidement. Lire l’a
rticle publié dans Journal of Neuroinfectious Diseases

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Lyme, microbes, infections et Alzheimer, Pistes de réflexion. Ajoutez ce permalien à vos favoris.