La dernière ligne droite…

Je viens de faire le point avec le médecin traitant de ma mère, chose que je repoussais depuis quelque temps: «  même si l’escarre est en voie de guérison, l’état général n’est pas bon m’a-t-elle dit, je crains qu’elle ne soit dans sa dernière ligne droite, elle peut partir demain comme dans 6 mois ». Ce n’est pas la première fois que je vis ce scénario, cela fait des mois et même 3 ans maintenant que je m’attends à ce que ma mère parte d’un jour à l’autre. Il faut juste que je digère l’information et me positionne sur comment accompagner ma mère au mieux, car j’arrive moi aussi en bout de course. Je ne peux pas imaginer être là tous les jours, j’ai déjà tellement passé de temps à ses côtés. Est-ce encore la mémoire du propre traumatisme de ma mère que je porte : celui de ne pas avoir été auprès de sa mère quand cette dernière est partie une nuit d’aout d’’un brusque arrêt cardiaque après avoir fini l’ouvrage en tricot qu’elle lui destinait. J’ai toujours entendu mes parents se culpabiliser de ne pas en avoir assez fait pour leurs parents. Ai-je tenté de réparer cette félûre dans leur histoire, qui n’en est même pas une car on fait tous du mieux qu’on peut. Vais-je arrêter de vivre en attendant ce moment ? moi qui ne vis déjà qu’à moitié, avec la peur à chaque fois que je m’absente qu’il arrive quelque chose ? Combien de temps va durer cette dernière ligne droite ?  J’ai le neurone flou, moi aussi je vais faire de mon mieux et je suis triste.

Publicités
Cet article a été publié dans Maison de retraite. Ajoutez ce permalien à vos favoris.