Premier essai prometteur pour un anticorps contre la maladie d’Alzheimer –

L’aducanumab a entraîné une diminution des plaques amyloïdes dans le cerveau de patients à un stade précoce de la maladie et un ralentissement du déclin cognitif. Cette étude préliminaire, ne comportant qu’un effectif réduit de patients, a été conçue pour évaluer la sécurité et la tolérance ainsi que pour détecter un possible effet sur les niveaux intracérébraux de peptide bêta-amyloïde au vu de l’imagerie cérébrale par tomographie par émission de positrons (PET). Elle n’avait pas pour objet de déterminer l’efficacité thérapeutique. Ces résultats, précliniques et cliniques devront être impérativement confirmés par des études menées sur des effectifs bien plus conséquents.

Source : Premier essai prometteur pour un anticorps contre la maladie d’Alzheimer – Sciencesetavenir.fr

voir aussi l’article du guardian qui publie des photos de scan

La coloration rouge sur le scan de gauche correspond aux plaques amyloides. Le scan de droite montre l’élimination des plaques avec la dose la plus élevée lors du traitement Photo : Ayres , Michael / Sevigny et al / Nature

L’aducanumab (BIIB037) est un anticorps monoclonal qui vise à éliminer l’amyloïde qui, sous ses formes solubles et insolubles, détruit les neurones dans la maladie d’Alzheimer. C’est le principe de l’immunothérapie passive.

source Neuromedia.ca

Anticorps : s’agirait-il d’un vaccin ?

D’ailleurs que sont devenus les essais des vaccins dont on a entendu parler il y a quelques années, informations relayées dans divers articles ?

Alzheimer un nouveau vaccin à l’essai source Paris Match mais il y a des risques d’encéphalite

Un vaccin anti-alzheimer et anti-avc en spray nasal : ce sont les recherches du Dr Dan Frenkel de l’université de Tel Aviv. Une information relayée par de nombreux sites israélites comme JSSNEWS donc j’ai tenté d’en trouver d’autres comme viva-read ou encore eurekalert

La page du dr Dan Frenkel  à l’université de Tel Aviv fait état de recherches sur l’interaction neurones-cellules gliales et leur rôle dans les maladies neurologiques en culture ou in vivo en utilisant des modèles d’accidents vasculaires cérébral, de maladie d’Alzheimer ou de sclérose en plaques. 

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Pistes de réflexion. Ajoutez ce permalien à vos favoris.