Microbes et Alzheimer

Résumé

Cet article s’appuie sur 79 études qui montrent que les agents infectieux, comme l’Herpès simplex (HSV1), les Chlamydia pneumoniae et les spirochètes, atteignent le système nerveux central et y restent à l’état latent. Ces agents peuvent subir une réactivation dans le cerveau au cours du vieillissement, puisque le système immunitaire baisse, et lors de différents types de stress (qui réactive le HSV1 de manière similaire à la périphérie). Le dommage neuronal consécutif causé par l’action directe du virus et par l’inflammation induite par le virus se produit de façon récurrente, conduisant (ou agissant en tant que cofacteur) à un dysfonctionnement synaptique progressif, à une perte neuronale, et au final à la maladie d’Alzheimer. Un tel dommage comprend l’induction de l’Aß qui, au départ, semble être uniquement un mécanisme de défense. Le traitement antiviral / antimicrobien de patients atteints de maladie d’Alzheimer, notamment ceux qui sont porteurs de l’APOE ɛ4, pourrait être une solution à l’impasse actuelle. Les auteurs proposent que des recherches sur le rôle des agents infectieux dans l’apparition de la maladie d’Alzheimer, y compris des études prospectives de thérapie antimicrobienne soit réalisés.

Ci dessous la version française de « Microbes and Alzheimer » que les auteurs m’ont autorisée à traduire afin de le mettre à disposition du monde francophone.

Microbes et Alzheimer trad fr av 2016 v2 Reproduit de Journal of Alzheimer’s Disease, vol. 51, no. 4, pp. 979-984, 2016 Ruth Itzhaki, Richard Lathe, avec la permission de IOS Press ».  La publication est disponible à l’IOS http://content.iospress.com/articles/journal-of-alzheimers-disease/jad160152

Si en tant que médecin vous avez constaté la moindre amélioration d’une personne ayant alzheimer et traitée pour le zona, pourriez vous SVP contacter les auteurs afin de leur communiquer plus de détails sur le protocole et la façon dont l’amélioration a été évaluée.

Ruth Itzhaki : Professor of Molecular Neurobiology  University of Manchester

ruth.itzhaki@manchester.ac.uk

Richard Lathe : Professor, Honorary Fellow, Division of Infection and Pathway Medicine  University of Edinburgh.

rlathe@pieta-research.org

voir aussi les autres articles impliquant des spirochètes responsables de la maladie de Lyme

Publicités
Cet article a été publié dans Lyme, microbes, infections et Alzheimer, Pistes de réflexion/articles de presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.