Lyme Alzheimer même combat ?

Et si on pouvait soigner Alzheimer avec des antibiotiques ou des traitements anti-infectieux comme on soigne aujourd’hui la maladie de Lyme ?

Grâce au fait d’avoir été diagnostiquée il y a deux ans avec une maladie de Lyme, je bénéficie d’un traitement anti-infectieux.

Mes différentes lectures sur cette maladie m’ont amenée à découvrir que les agents microbiens de la maladie de Lyme : les spirochètes, pourraient être également impliqués dans la maladie d’Alzheimer, ainsi que les chlamydiaes ou encore le virus de l’herpès. C’est ce que met en évidence un article paru en mars 2016 dans le « Journal of Alzheimer’s Disease » citant plus de 79 études sur le sujet !

Si cette piste est validée, cela voudrait dire qu’on pourrait améliorer, voire soigner la maladie d’Alzheimer à l’aide de traitements antibiotiques, antiviraux ou anti-infectieux.

Rares sont ceux qui  en ont entendu parler, pourtant certaines des références citées remontent aux années 90. Pourquoi ? Il y a peu d’investigations sur le sujet, les molécules existent et quel  laboratoire aura envie de financer des recherches coûteuses qui ne lui permettront aucun retour sur investissment.

Le médecin qui me traite pour Lyme a obtenu des résultats intéressants en prescrivant un traitement anti-infectieux à un patient âgé de 86 ans le consultant pour des troubles de la mémoire. Son scanner présentait des lésions typiques de ce qui est diagnostiqué comme maladie d’Alzheimer (atrophie sous corticale de l’hippocampe). Au bout de 8 mois d’antibiotiques, il semble avoir récupéré l’ensemble de ses capacités cognitives. D’autres personnes ayant été soignés pour un zona avec du Valaciclovir ont eu des résultats significatifs sur leurs symptômes Alzheimer. Un grand espoir !

J’espère que l’article de ces chercheurs donnera l’idée aux médecins traitants d’intégrer à leurs analyses les sérologies de l’herpès, des chlamydiae et de la borréliose et d’essayer un traitement anti-infectieux, avant d’orienter leurs patients vers les consultations spécialisées en mémoire qui pour l’instant ne proposent que des médicaments peu efficaces et  des antidépresseurs.

Pour apporter de l’eau à cette piste,  en recherchant parmis les anciens bilans sanguins de ma mère, j’ai retrouvé les résultats de sérologies des streptocoques, des mycoplasmes et des chlamydiae pneumoniae, qu’un médecin spécialisé dans l’analyse des porphyrines urinaires consulté en 2010 pour savoir si elle avait des taux de mercure et d’aluminium élévés, lui avait fait faire.  La sérologie était revenue positive pour les mycoplasmes pneumoniae (IgG positifs 65 UIE, négatif en dessous de 30 UIE) et pour les chlamydiae pneumoniae (IgG positifs 2,70, négatif en dessous de 0,9). Nous ne sommes pas allés revoir ce médecin qui lui avait donné des compléments alimentaires qui n’avaient eu aucun effet. Elle n’a donc eu aucun traitement par rapport à ces infections, nous étions focalisé sur l’intoxication à l’aluminium,Les IgG étant la marque d’une infection ancienne, il semblait normal que les anti-corps soient présents. Et à l’époque je n’étais pas au courant de la piste infectieuse et des infections dormantes qui peuvent se réactiver ! Herpès et borréliose n’ont à ce jour pas été vérifiées.

Soignez vos infections dormantes avant qu’elles ne vous soignent !

En attendant que la recherche avance, si vous venez d’être diagnostiqué avec une possible maladie d’Alzheimer, pourquoi ne pas vous adresser à un spécialiste de la maladie de Lyme (au fait de la piste infectieuse). Le plus tôt est le mieux car avec l’augmentation des symptômes, il est difficile de gérer les traitements seuls, à moins d’avoir des aides.

Les adresses de ces spécialistes peuvent se trouver sur des sites dédiés à la maladie de Lyme.

J’ai trouvé mes premières informations sur ce sujet sur un site dédié à Lyme : Lyme Santé Vérité

la plupart des informations sont en anglais, sauf la première.

Autres documents sur le sujet  .

Examining the connection between herpes and alzheimers disease

Si Alzheimer était un virus ?

Publicités
Cet article a été publié dans Lyme, microbes, infections et Alzheimer, Pistes de réflexion/articles de presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.